Que réserve le prêt à taux zéro en 2020 ?

Les primo accédants connaissent bien le prêt à taux zéro, cette aide à l’acquisition réglementée par l’État. Bonne nouvelle : le PTZ a été prorogé jusqu’en 2021 et les conditions ne changent pas tant que ça. Voici tout ce que vous devez savoir sur le prêt à taux zéro et les points majeurs de cette année.

PTZ, le bilan de 2019

Le prêt à taux zéro, ou PTZ pour les intimes, est une aide de l’État qui permet de financer, en partie, un projet immobilier. Le principe est simple : il s’agit d’un emprunt sans intérêt, qui peut être remboursé sur vingt à vingt-cinq ans.

Le prêt à taux zéro comprend deux périodes bien distinctes :

  • Le différé : vous ne remboursez pas le prêt durant cinq, dix ou quinze ans selon vos revenus ;
  • Le remboursement : vous remboursez ensuite le prêt sur une période de dix à quinze ans.

Le PTZ est attribué sans condition de ressources, avec pour prise en compte le revenu fiscal de l’année N-2. Le montant maximal est déterminé selon la zone géographique du projet et le bien peut être neuf ou ancien, mais ne doit pas être soumis à un contrat de bail.

Le primo accédant, qui ne doit pas être propriétaire de sa résidence principale au cours des deux dernières années, peut emprunter jusqu’à 40% du projet immobilier. Selon la zone d’habitation, un plafond d’achat peut néanmoins le restreindre.

Le PTZ en zones rurales encore valide en 2020

En septembre 2019, une annonce avait quelque peu chamboulé le monde de l’immobilier. En effet, il était prévu que, en 2020, le prêt à taux zéro soit resserré, notamment au niveau du zonage. Alors que, en 2019, on pouvait bénéficier du PTZ pour un bien neuf en zones A, A bis, B1, B2 et C ou pour un bien ancien en zones B2 et C, une restriction plus importante des zones était envisagée.

Les zones B2 et C devaient donc être exclues aux logements neufs dès janvier 2020. Cela signifiait qu’un primo accédant ne pourrait alors plus avoir recours au PTZ dans le cas d’un achat neuf en-dehors de Paris et des grandes agglomérations.

Heureusement, il a été annoncé, en fin d’année, que le PTZ en zones rurales était reconduit jusqu’en 2021. Une bonne nouvelle pour les acquéreurs qui espéraient acheter leur première maison cette année.

Le montant finançable redéfini

Si le zonage n’est finalement pas réformé, le montant finançable connaît, quant à lui, de petits changements. En 2019, la part du PTZ dépendait de la zone géographique et du type du bien (neuf ou ancien). En 2020, c’est encore le cas mais ces différences sont davantage encadrées.

Dans les zones B2 et C, le logement neuf peut être financé à hauteur de 20% du coût total, dans la limite des plafonds. Pour un logement ancien, le PTZ est alors fixé à 40%. Dans les zones A et B1, 40% de l’achat d’un logement neuf est accordé aux primo accédants.

En 2020, une location à PTZ est toujours limitée à de rares situations, à découvrir sur les sites d’information sur le logement. Rappelons que, de manière générale, un bien acheté avec un prêt à taux zéro, un prêt à l’accession sociale ou un prêt conventionné ne peut pas être loué.

En 2020, le prêt à taux zéro ne change donc pas beaucoup, contrairement à ce qui avait été annoncé au cours de l’année 2019. Les conditions restent les mêmes jusqu’en 2021 et seuls quelques précisions ont été apportées pour cette nouvelle année. Si vous souhaitez acheter un bien, c’est donc le moment de le faire, avant que 2021 pointe le bout de son nez.